Mailorama tour eiffel© AFP photo / Lionel Bonaventure

A ma droite, mailorama.fr, le site commerçant qui propose aux gogos internautes de spammer allègrement leur boîte mails en échange de formidables rémunérations pouvant atteindre 0,01 euro (si si, va voir), et de subtiles réductions dont la valeur dépend du montant de tes achats.

A ma gauche, rentabiliweb, le proprio du site susmentionné et fin stratège en street marketing comme on va le voir, alors que mercatique de rue aurait suffit.

Rentabiliweb, dont le nom en woody-allenien signifie « Prends l’oseille sur le net et tire-toi », a eu envie de rentabiliser encore plus son site mailorama. Mais laissons la parole à Billy Web, l’heureux propriétaire du site qui incite :

« Au départ, on voulait séduire un max de gogos d’internautes pour qu’ils s’inscrivent. Alors chez nous, puisqu’on est défunts penseurs, on a eu l’idée de la mort qui tue pour nous faire remarquer : distribuons du fric dans la rue ! »

Hé c’est pas des conneries, hein. On parle d’une liasse de 100 000 euros pour une foule en liesse. C’est la crise, c’est la mouise, on agonise, on s’amenuise mais rentabiliweb pulvérise !

« C’est l’argent qui fait kiffer les gens. Le fric c’est chic, le pognon c’est tout bon, le radis c’est bien dit, le kopek c’est impec, le flouze c’est pas d’la loose. »

Surtout qu’en France, donner des biftons gratuitement pour faire de la pub, c’est interdit par la ioi et c’est passible d’une contravention.

 « Chez rentabiliweb, on ne fait pas amende honorable. Nous ce qu’on veut, c’est faire un max de buzz ! »

Ah le buzz… Un terme magique qui veut rien dire d’autre que de créer l’événement, donc se faire remarquer. En général, et même en caporal, le stratège avisé considère toujours que si on parle de son produit, alors les pépètes vont rappliquer dare-dare dans le tiroir-caisse. Erreur mon général caporal.

La foule était bien au rendez-vous ce samedi 14 novembre dernier, sous la tour Eiffel. 7 000 gogos personnes prêtes à en découdre pour attraper son billet de 5 ou de 10. La préfecture balise, ce qui n’est pas monnaie courante, et demande à Billy Web d’annuler son lancer à valeurs ajoutées. Billy Web s’exécute en plantant illico les 7 000 gogos candidats frustrés de fortune.

Résultat des courses : une mini-émeute, de la casse, des arrestations et… et… un communiqué de presse de rentabiliweb qui assume pleinement son buzz.

En rentabiliweb dans le texte :

« Rentabiliweb partage la colère de tous ceux qui se réjouissaient de voir un budget publicitaire aller (…) dans la poche des consommateurs (…). Il comprend et il partage leur colère, car ce sont eux qui ce soir, se sentent floués. Elle est solidaire aussi de ceux qui ont eu à souffrir des conséquences de cette annulation. » Tout le texte est .

Si ça c’est pas des buses du buzz…

Mailorama emeute© Hughes Léglise-Bataille / MAXPPP

Publicités

"

  1. ramses dit :

    Rentabiliweb a sans doute fait un max de buzz, mais ça risque de leur coûter un max de thunes ! Pour une fois, c’est pas les casseurs les payeurs, c’est les incitateurs ! Pour une fois (une seule fois, hein!) je suis d’accord avec Hortefeu… Qui devrait quand même se poser la question des 7.000 personnes venues mendier 5 ou 10€ ! Va falloir les mettre au travail ceux-là ! Les recycler en Père Noël, c’est de saison !

  2. ramses dit :

    La vie est mal faite… Ces malheureux repartent les mains vides et le braqueur du fourgon revient les mains pleines ! Le dérèglement, il n’est pas QUE climatique !

  3. No comment. Tout est dans l’image.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s