supprimerami

 

 

 

 

 

Je n’ai jamais tué personne. Et j’avoue que ce manque de compétence commence à me handicaper dans la vie de tous les jours. Surtout à une époque où les tueurs prennent en otage l’actualité et sont les héros de la société : les banquiers assassinent leurs clients en frais divers et avariés, les traders exécutent sans pitié leurs contrats, les patrons massacrent des emplois, le medef les fusillent du regard et les politiques appuie sur la détente sociale. Alors moi aussi, je veux en être.

J’ai d’abord regardé autour de moi et à part ma charmante femme, je n’ai trouvé personne à occire avec entrain. J’ai vite abandonné l’idée car je ne suis pas sûr d’avoir le dessus dans une lutte conjugale. Et puis elle n’a pas encore signé l’assurance décès que je lui ai offerte pour la Saint-Valentin.

C’est là que j’ai pensé à facebook : supprimer un ami de ma liste. Comme ça. Sans raison. Sans regrets ni remords. Le meurtre parfait. Pas de trace, pas de victime à attendre, pas de contact physique. Ça m’a tout de suite plu. 

De toute façon, j’ai trop d’amis facebookiens. Y en a qui viennent de je ne sais où. Alors un de plus, un de moins… Pourtant des questions me taraudent l’esprit : si je supprime un ami, en aura-t-il connaissance ? Si oui, pourra-t-il exercer à mon encontre de sanglantes représailles (genre me faire éliminer de ce merveilleux réseau d’amitiés) ? Si oui, pourrai-je m’en tirer vivant socialement ? Et moi, pourrai-je supporter la vue du sans sur ma liste d’amis ?

Et puis comment choisir ma victime ? Sur quels critères : sa photo, son profil, son statut, son nom de famille ? J’ai fait au plus rapide et au plus simple : j’ai choisi le premier de ma liste par ordre alphabétique.

Maintenant, passer à l’acte. Devant mon ordinateur, j’ai inspiré un bon coup et j’ai saisi sans trembler ma souris. Déterminé, j’ai dévisagé une dernière fois la photo de mon ami, ému comme le boucher caressant tendrement la crête de sa poulette adorée juste avant de lui sectionner son frêle cou. Et puis j’ai cliqué sur la croix de son profil. Un message est aussitôt apparu sur l’écran. Je vis avec soulagement que mon ami ne sera même pas averti de son décès. Pas de souffrance ni de douleur. La mort idéale. J’ai cliqué sur Supprimer cet ami. Et j’ai assisté en direct à ses obsèques : son nom a instantanément disparu de ma liste d’amis.

Hébété et encore sous le coup de l’émotion, je n’en revenais pas : j’étais un tueur ! J’avais été courageux et vaillant. Moi Mister Jekyll, en toute conscience et sans l’aide de quiconque, ai procédé au meurtre de sang-froid d’un ami. Je l’ai vite annoncé à mes autres amis encore vivants dans mon facebook. Curieusement, je n’ai pas de nouvelles d’eux depuis. Feraient-ils les morts ?

Publicités

"

  1. Il ne fait pas bon être ton ami, cher Mister Jekyll !

  2. naomi dit :

    hahahahahahahahahaha

  3. laurence dit :

    Ah les âmes mortes!!!

  4. Connaissez-vous « square de la république »
    d’Ella balaert? on y tue à coup de zapette…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s