29799

Les chiffres, ça nous connaît. On a déjà eu 1984 par Orwell, 2001 de Kubrick, voire 300 du péplum de la bataille des Thermopyles, et même les 400 de Truffaut.

Mais c’était sans compter sur LE chiffre absolu : 29799. Non, il ne s’agit pas d’un code postal du Finistère. C’est le chiffre total officiel des expulsés étrangers du territoire français. En langage franco-identitaire, on dit : reconduites à la frontière. Par exemple, vous êtes un étranger, un malien (j’aurais pu choisir un autre étranger, comme un belge. Mais les belges peuvent rentrer chez eux en Thalys. Alors, j’ai pris un malien. Comme ça aurait pu être un sénégalais ou un maghrébin. Mais surtout pas un américain).

Donc, par exemple, vous êtes un malien. Vous êtes contrôlé par la police qui remarque judicieusement, grâce à l’absence de papiers officiels sur vous, que vous n’êtes pas de Neuilly-sur-Seine. S’ensuit alors un dialogue des plus réguliers:

– Monsieur, je conclus que vous êtes présentement un étranger en situation irrégulière. Permettez-moi subséquemment de vous reconduire à la frontière.

– Ecoutez, je ne voudrais surtout pas vous déranger.

– J’insiste. Je serais heureux de vous prendre la main et de vous raccompagner chez vous.

– Oh Monsieur ! Je suis gêné, je ne voudrais pas…

– Appelle-moi Brice.

– Je ne mérite pas tant d’attentions de votre part.

– Puis-je poser ma main sur votre épaule.

– Vous me faites rougir. Mais si vous y tenez…

– Après vous.

– Je n’en ferai rien. Vous d’abord.

– Je vous en prie, vous m’obligeriez.

– Vous êtes un homme de bonne volonté Monsieur Brice.

– Cessez de faire le malien.

Et puis, bras dessus bras dessous, vous faites un bout de chemin ensemble à pied, puis en bus et enfin en avion, jusqu’à votre domicile de Bamako.

Des reconduites, il y en a eu 29799 en 2008. Les prévisions tablaient sur 26 000, il y en a eu 3 799 de plus. La plupart sont passées inaperçues, d’autres beaucoup moins. Surtout lorsque les expulsables potentiels ont été arrêtés après la sieste, dans leur école maternelle, ou lorsque, plus âgés, ils ont enjambé la fenêtre pour s’écraser sur le trottoir.

L’immigration ne se règlera pas avec des objectifs chiffrés d’expulsions à atteindre. C’est vrai qu’il semble beaucoup plus simple, pour le politique de base, d’empêcher les « indésirables » d’entrer ou de les attraper sur leur lieu d’arrivée, plutôt que d’essayer de trouver des solutions sur les lieux de leur départ, comme Bamako entre autres.

Publicités

Une réponse "

  1. ramses dit :

    29.799, c’est pas un chiffre rond… Je ferais bien le 27.800ème, mais j’ai pas les moyens de me payer un aller simple pour Pandora…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s